vendredi 13 novembre 2015

"Le seul endroit où le succès vient avant le travail, c'est dans le dictionnaire !" : retour d'expérience d'un serial entrepreneur

Le 12 novembre dernier, c'est Jérome Robert, serial entrepreneur qui avait fondé FCI Arts Graphiques sur inovallée (revendue à son commercial et toujours en fonctionnement), avant de monter le groupe Youcast (revendeur Apple) et ses multiples filiales (avec un chiffre d'affaires de 8M€), qui était invité à partager son expérience au Tarmac sur les promesses et les écueils de la dépendance à ses fournisseurs, a fortiori quand ce fournisseur est un grand nom comme Apple. Car après des années fastes qui lui ont permis d'ouvrir plusieurs magasins successful à Grenoble, Lyon Chambéry et Montélimar pour vendre aux professionnels et particuliers du matériel Apple, mais aussi en assurer le SAV, et monté des entreprises affiliées dont Bsoft (qui développait des applications mobiles), Centrale Services (pour installer et parémétrer le matériel chez les particuliers), Youstudio (organisme de formation vidéo), et avoir, grâce à un partenariat avec Orange, été les premiers à vendre les tablettes Orange Tabbee, l'entreprise florissante promise à un bel avenir qui envisageait même de racheter BIMP (pour un chiffre d'affaires de 30M€ !), s'est trouvée du jour au lendemain dans une situation ubuesque où de problèmes administratifs en problèmes contractuels, ses partenaires l'ont finalement lâchée les uns après les autres : les banques d'abord, puis les distributeurs en mettant fin aux en-cours qui permettait à Youcast d'assurer son FDR, et jusqu'à Apple, qui a mis fin aux approvisionnements, et ce alors que toute l'activité économique de l'entreprise reposait sur lui ... Parce que oui, et ce n'est pas Porter avec ses 5 forces d ela concurrence qui dirta le contraire, la dépendance à ses (a fortiori à son unique) fournisseur, comme à ses clients d'ailleurs, est un vrai facteur de risque pour la start-up et la PME. 
Résultat des courses : la liquidation judiciaire de la maison mère et de la maison fille, et la revente de certaines filiales qui tournent toujours, avec une reconversion réussie au sein du réseau Airria où Jérome accompagne maintenant un réseau de 50 franchisés IT partout en France, où son expérience est une force.

Son retour d'expérience : "l'entrepreneuriat, c'est une passion, et le seul endroit où le succès vient avant le travail, c'est dans le dictionnaire ! Si c'était à refaire, je serais plus méfiant sur certains points, je veillerais à mieux verrouiller mes contrats par écrit, mais oui, je le referai, parce que c'était une formidable aventure dont je suis sorti la tête haute parce que j'ai toujours joué la transparence avec mes partenaires et fournisseurs. Être clean quand in est en difficulté, c'est fondamental. Mon seul regret : avoir attendu la phase de liquidation pour me rendre au tribunal de commerce, alors qu'ils auraient pu m'aider si j'étais aller les voir plus tôt, à trouver des solutions. Et la clé du succès : l'enthousiasme. Oui, c'est dur, il faut bosser beaucoup, mais on peut y arriver ! Et ma plus belle réussite dans tout ça : ma femme et mes 4 enfants ...
Avoir préservé ma famille et pouvoir en profiter aujourd'hui davantage en tant que salarié ! "
Son conseil aux créateurs : "faites-vous accompagner. Un dirigeant est trop souvent seul, et avoir un confident, qui vous tend un miroir et vous demande simplement parfois : et toi dans tout ça ? C'est un vrai plus ..."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire