mardi 31 mars 2015

Sogilis s'invite au Think Drink du 26 mars pour parler de management... sans manager

Ils étaient 3 salariés au départ, ils sont aujourd’hui une vingtaine. Depuis 7 ans, le modèle de Sogilis, société d’ingénierie informatique, fait ses preuves avec un chiffre d’affaires d’1 million d’euros. Co-fondatrice de l’accélérateur Startup Maker, fonds d’investissements en mode Lean, et de Squadrone System, Sogilis a su tirer parti de son expérience dans l’accompagnement de start-up, tant sur le plan technique que business, pour développer une offre d’accompagnement dédiée aux jeunes sociétés innovantes, composée de 3 volets : prototypage et développement logiciel, Business Model Design, aide à la recherche de financements. Une caméra volante autonome, des implants dentaires révolutionnaires, ou encore un logiciel embarqué de haut vol... L'entreprise a déjà de belles réussites à son actif. Si Sogilis est venue participer à l'apéro pitch du 26 mars, c'est pour nous faire part de son retour d’expérience et surtout, pour nous parler de "management cellulaire", ou autrement dit de "management sans manager", un modèle bien loin du modèle pyramidal classique. Car comme nous l'explique Laurent Mangue, en charge du développement depuis 2012, "Sogilis est une entreprise qui croit en l’humain et le met au centre de toutes ses attentions".


Le management sans manager, comment ça marche concrètement ?

Le management cellulaire repose sur des cellules autonomes et autogérées où le manager n’a pas sa place : il n’y a pas de fonctions mais des rôles. Les équipes participent aux avant-ventes, décident en collaboration avec la cellule commerciale du Go no Go d’un projet et recrutent elles-mêmes leurs futurs collègues. Sogilis a ainsi inversé le modèle des sociétés de services, en mettant les commerciaux au service des opérationnels et non l’inverse. Chaque cellule s’organise comme elle le souhaite : c’est l’atteinte de l’objectif qui compte, pas le comment !

Ce processus reposant sur la responsabilité des équipes génère un cercle vertueux où les individus proposent des idées, cherchent à évoluer au quotidien et à faire progresser l’entreprise. « On met en place un écosystème qui fait que ceux qui nous rejoignent ont envie d’œuvrer dans ce sens et de contribuer à pérenniser le modèle », explique Xavier Spengler, responsable de l’activité Business Model Design. Le développement de Sogilis repose aujourd’hui sur trois points essentiels : implémenter ce modèle de management dans les start-up qu’ils accompagnent, structurer leurs équipes et transférer leurs compétences aux salariés des start-up. Et pour développer son business, l’entreprise a fait un pari : elle ne recrute pas de commerciaux, mais investit sur la communication pour être plus visible et s’entourer de gens qui souhaitent travailler dans cet esprit de collaboration et d’apprentissage par l’exemple. Une pratique de l’innovation sous une forme si atypique dans la culture d’entreprise française, ça invite à réfléchir, non ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire